Tout savoir sur l’augmentation mammaire par insertion de prothèses.

de | 6 mai 2020

Le but de l’augmentation mammaire est de donner une nouvelle forme et un nouvel aspect à la poitrine qui n’a pas bien évolué ou qui a changé au fil du temps, dans le but de corriger le “défaut” et d’obtenir un résultat naturel.

Quand subir une chirurgie additive de mastoplastie ?

 Il est conseillé de subir une opération de mastoplastie additive, lorsque le sein ne se développe pas (hypoplasie mammaire depuis la puberté) ou perd son volume (hypotrophie mammaire post-grossesse ou perte de poids). À ce stade, il peut être correct de procéder à la pose d’une prothèse : avec l’opération d’augmentation mammaire, vous voulez donner à la femme la bonne taille (ni trop grande ni trop petite) de sein, ce qui lui donne un aspect plus harmonieux avec le reste du corps.

Les caractéristiques des prothèses pour la chirurgie d’augmentation mammaire

Toutes les prothèses sont recouvertes d’une enveloppe de silicone (texturée et donc rugueuse 1) ; leur contenu peut être en gel de silicone ou physiologique. Selon notre expérience, les prothèses en gel de silicone sont généralement plus souples et gardent leur volume inchangé, alors que celles en prothèse physiologique le perdent progressivement au fil du temps.

Les implants mammaires sont divisés en deux catégories : les implants traditionnels (ronds ou ronds 2) et les implants anatomiques 3.

Les implants mammaires traditionnels sont divisés en quatre groupes différents : profil bas, moyen, haut et très haut 4.

Les prothèses anatomiques sont divisées en fonction de la projection, de la hauteur et de la largeur.

Comment choisir sa prothèse mammaire ?

Le chirurgien, après un entretien approfondi avec le patient et un examen de la mamelle, évaluera quelle prothèse est la mieux adaptée aux besoins et aux souhaits du patient :

  • Les prothèses rondes sont plus adaptées aux patients ayant des seins “vidés” avec un muscle pectoral bien représenté ; le choix entre profil bas, moyen ou haut, dépend de votre préférence pour la rondeur du “quadrant de plénitude” ou la projection du cône mammaire.
  • Les prothèses anatomiques sont plus adaptées aux patients ayant des seins très “vidés” avec un muscle pectoral mince ou avec un développement mammaire faible ou inexistant ; ainsi, les prothèses anatomiques avec la forme classique de goutte projettent le cône mammaire et remplissent également le pôle thoracique supérieur.

Le volume des prothèses

Une prothèse de 150 c.c. augmente la taille du sein d’environ une taille mais le calcul du volume final doit également évaluer le volume de la glande mammaire de départ.

Les prothèses mammaires ne correspondent pas aux tailles de soutien-gorge, c’est pourquoi on parle de volume prothétique plutôt que de taille en essayant de faire correspondre les deux tailles.

La taille de la prothèse doit être “juste” ni trop grande (donc avec évidence du périmètre) ni trop petite (donc inadéquate pour l’augmentation du volume).

Ou insérer la prothèse ?

Les voies d’entrée sont les voies traditionnelles (périaréolaire, sillon sous-mammaire et axillaire 6), le choix dépendra de la situation locale du sein.

La voie péri-ombilicale ou d’autres voies avec des incisions minimales utilisent des prothèses insérées par voie endoscopique et remplies ensuite de substances physiologiques.

En général, la prothèse est placée sous le muscle ou sous la peau

  • sous le muscle lorsque la paroi adipoghiandulaire est un peu insuffisante.
  • sous glandulaire lorsque la prothèse est encore bien couverte par la glande mammaire.

Comment se déroule la chirurgie d’augmentation mammaire ?  

L’opération est pratiquée sous anesthésie générale et non locale (une dose toxique pourrait être obtenue en anesthésiant les deux seins) afin que la patiente soit correctement surveillée et traitée (avec un muscle pectoral détendu).

À la fin de l’opération, des drains en silicone sont placés pour drainer le sang et éviter les hématomes, surtout si la prothèse est sous-musculaire ; en général, les drains sont retirés le lendemain.

L’hospitalisation est d’une nuit : nous sommes convaincus que l’hospitalisation d’une nuit est d’une grande sécurité pour la patiente afin qu’elle puisse être suivie par un personnel spécialisé pour toute éventualité. Après l’opération, un pansement compressif est appliqué et la patiente doit porter un soutien-gorge spécial.